Comment inclure de nouvelles personnes dans la cabale?

Coucou les nucicabalistes (et les autres! :relaxed: )

En ce moment en tant que strategy liaison je lis pas mal de propositions venues des quatre coins du monde sur “comment faire grandir une communauté wiki, comment inclure de nouvelles personnes”. Et de fait à Grenoble, cette question nous préoccupe nous aussi depuis pas mal de temps !

Je vois passer plein d’idées qui visent à créer un sentiment d’appartenance et à entretenir la motivation : attribuer un parrain ou une marraine, décerner des barnstars, distribuer des goodies, partager une boîte utilisateur·rice…

Puisque dernièrement on a des personnes qui reviennent régulièrement, je me suis dit que ça pourrait être sympa de réfléchir à cet aspect de comment on “intègre” (sans bizutage! :stuck_out_tongue:) ces personnes qui ne sont pas encore vraiment “cabalistes”, mais plus tout à fait du “public extérieur” non plus.

Des idées ? Des illuminations ? :bulb:

NB: bien sûr il n’y a pas que les grenoblois qui peuvent participer aux discussions. Si des personnes d’autres villes ou pays veulent brainstormer avec nous ou partager des expériences sur ce sujet, c’est totalement ouvert ! :wink:

@Eric.LEWIN @Remy_WMFr @Noé …citez les personnes qui pourraient être intéressées !

3 Likes

Merci de lancer cette intéressante discussion. J’ai le sentiment qu’à Lyon, nos actions de groupe n’ont pas visé à mettre en place de sentiment d’appartenance au groupe local. Nous avons davantage travaillé sur l’appartenance à la communauté transprojets, avec beaucoup de discussion sur des projets connexes à nos projets initiaux, des thématiques communes ou l’apprentissage mutuel de nouvelles façons de faire (relire sur Wikisource, l’outil de patrouille RTRC, un gadget plutôt cool, un clavier bépo, un évènement à aller photographier, une ruine archéologique, Wikidata et ses mystères, etc.).

Nous avons même changé la formulation de la boîte utilisateur pour être plus inclusifs, et considérer notre réseau comme une occasion de rencontres plus que comme une affiliation.

Ensuite, pour que les nouvelles personnes restent intégrées dans nos initiatives, on est pas spécialement bons, je trouve. C’est d’ailleurs un thème que j’avais soulevé au début du weekend sur les référents de groupes locaux, mais qui n’avait pas été choisi car il y avait d’autres priorités. J’ai l’impression qu’à Lyon, on arrive à faire des événements qui marchent à peu près, des ateliers en MJC qui ne marche pas trop trop, mais surtout que l’on arrive pas bien à pérenniser l’investissement des gens sur la durée. Il me semble que c’est lié au fait que tout le monde ne veut pas s’investir sur le long terme, pour plein de raison. Faut avoir une tournure d’esprit un peu particulière et un métier compatible pour apprécier le bénévolat sans contact avec les bénéficiaires.

Outre ces considérations, je suis assez convaincu de l’intérêt de nos rencontres mensuelles lyonnaises dédiées au Wiktionnaire, où nous nous retrouvons, buvons des coups, présentons le projet aux deux nouvelles personnes (en moyenne, mais presque à chaque fois), échangeons avec les contributeurs ou contributrices de passage (un beau casting à force), et où on prend des nouvelles les uns des unes (#care). La régularité permet à des gens qui ratent une fois de venir le mois suivant, de planifier à l’avance une venue quand on vient de loin et de ne pas nous mettre la pression sur une production quantitative. Des fois on contribue un peu, mais il y a pas d’obligation, et c’est agréable. On imagine facilement de nouveaux projets, on formalise des choses que l’on arrive pas à faire et d’autres trouvent des solutions, c’est souvent très productif en idées (ce qui se retrouve dans la Wishlist de l’année). C’est aussi très peu coûteux en temps pour l’organisation, puisque la structure qui nous accueille gère son planning et ne revient vérifier auprès de nous qu’une fois par an. Cinquième rentrée et on est entre 8 et 12 à chaque fois, dont quelques nouvelles personnes qui se sont raccrochées au groupe ainsi.

Les connexions avec les bibliothèques ont permis de renforcer le groupe aussi, avec des ateliers de contribution mensuels, mais même si je participe un peu, je ne saurai trop en parler.

Moi, je n’ai pas compris la question. Est ce que il s’agit de personnes qui participent dans les projets ou non?

Je pense qu’il s’agit des personnes qui participent aux activités de la « cabale ».

Globalement, il peut y avoir un effet répulsif quand les activités de la cabale (ouh le vilain mot) portent sur du ragotage et des discussions très pointues sur tel ou tel aspect de la contribution. Cela fait peur ! Il faut y penser.

Mais si on participe dans les activites de la cabale et on ne participe pas, ou au moins ne participe tres regulierement dans les projets, peut-etre on peut tout d’abord le commencer?

Pour le cas de Grenoble dont je parlais, nous avons surtout des ateliers grand public, pas très cabalistiques justement ;)

La question est plutôt : comment symboliquement créer une appartenance (pas forcément au groupe local, mais aux projets wiki), pour que les personnes “grand public” se sentent peu à peu devenir “wikimédien·ne·s”.

To be honest I’m not sure I understand your French so it’s difficult to answer your question. Maybe rephrase in English?

1 Like

J’aime beaucoup beaucoup cette idée ! @Eric.LEWIN faut qu’on en parle la prochaine fois ;)

Je plussoie totalement !
Je me disais justement qu’il manque cette “reconnaissance immédiate” pour laquelle beaucoup de gens font du bénévolat.
Une idée qui m’est venue, ce serait d’inciter les personnes à chaque rencontre à partager ce sur quoi ils travaillent. Ça permettrait d’avoir un moment de mise en avant des accomplissements de chacun·e, évitant ce sentiment de travailler de manière trop solitaire.
Voire accompagner ça de consultations de statistiques “combien de fois l’article a été vu”, etc.

Cette année on est passés à des rencontres mensuelles bien régulières nous aussi, et la différence est nette : les gens reviennent d’une fois sur l’autre et on “fidélise” un groupe. Clairement c’est hyper utile.

1 Like