Vis ma vie de Strategy Liaison francophone

Originally published at: https://space.wmflabs.org/fr/2019/10/23/vis-ma-vie-de-strategy-liaison-francophone/

Read this article in English

Je suis Strategy Liaison pour la communauté wikimédienne francophone dans le cadre du processus stratégique Wikimédia 2030. L’intitulé est un peu obscur pour la plupart des gens mais, pour moi, c’est une réalité quotidienne depuis maintenant près de 5 mois. Conversations communautaires, salons stratégiques, groupes de travail… Toutes ces choses me sont devenues familières.

Aujourd’hui j’aimerais partager avec vous un peu de cette réalité : avec un peu de chance, elle vous paraîtra ensuite moins obscure 😉

Faire le lien

Comme dans un bon article Wikipédia, on commence avec un peu d’étymologie : le mot « liaison », nous dit le Wiktionnaire, vient du latin ligare qui signifie nouer, relier.

Comme tous les Strategy Liaisons, je travaille à domicile. Du coup, pendant nos réunions d’équipes hebdomadaires, il y a souvent mon oiseau Siffli qui vient se poser sur mon écran. (Si vous vous demandez, c’est une tourterelle turque et, oui, j’ai enregistré son chant pour l’ajouter sur l’entrée Wikidata via Commons). — Diane Ranville CC-BY-SA 4.0

Et c’est en effet mon rôle. Je suis le lien, le pont, qui permet le dialogue entre, d’une part, les équipes de la stratégie (Core Team et groupes de travail) et, d’autre part, la communauté francophone. Concrètement, cela signifie que j’informe la communauté des avancées des groupes de travail (dont l’objectif est de produire des recommandations pour le mouvement) et en retour je recueille les avis, besoins et analyses exprimées par la communauté et je les communique aux groupes de travail. Ainsi ils peuvent réajuster leurs réflexions en fonction de retours concrets, dont ils sont toujours très preneurs.

Certes, le lien n’est pas toujours évident à nouer ! Il faut faire se rejoindre deux univers qui n’ont pas toujours les mêmes codes, les mêmes préoccupations, ou les mêmes mots pour en parler.

Conséquence : l’une de mes tâches était de traduire des documents, pas seulement de l’anglais vers le français, mais aussi d’un contexte vers l’autre ! Les enjeux du processus stratégique ne sont pas si éloignés de ceux que rencontrent les contributeur·ice·s au quotidien – encore faut-il faire le lien entre les deux.

L’incroyable diversité de la communauté francophone

Nous sommes sept « Strategy Liaisons ». En plus du français, les autres langues représentées sont l’hindi, l’allemand, l’espagnol, le portugais, l’arabe et le mandarin. Et chaque communauté a ses spécificités.

Ce qui m’a frappée en approfondissant le contact avec la communauté francophone, c’est son immense diversité. Diversité d’abord parmi les communautés en ligne, notamment parce que les francophones sont très présent·e·s sur les projets frères. Mais diversité plus frappante encore dans la structuration des communautés hors-ligne.

Salon stratégique à Parakou (Bénin) sur la thématique Santé de la communauté. — Nerus1er CC-BY-SA 4.0

Moi qui suis une wikip/médienne basée à Grenoble, je me suis retrouvée projetée au contact de bénévoles de nombreux pays dont je n’avais auparavant qu’une vague idée des enjeux. Depuis le grand Chapitre qu’est Wikimédia France, que je connaissais déjà plutôt bien, jusqu’au récent Groupe d’Utilisateurs de Guinée-Conakry, en passant par le Canada ou la Côte d’Ivoire, les situations sont extrêmement variées et les discussions d’autant plus riches.

Au Bénin par exemple, où officie une équipe dynamique, contribuer aux projets Wikimédia reste compliqué. Difficulté d’accès à internet, manque de littéracie numérique de la population… L’équipe de bénévoles fait face à des enjeux de taille, mais réussit malgré tout à organiser des ateliers et des formations, notamment grâce au soutien du reste de la communauté.

Cela dit j’ai aussi réalisé que, toutes proportions gardées, certains problèmes sont similaires en Afrique et dans les pays du Nord : manque d’ergonomie des plateformes, uniformité profils sociologiques, ou encore concentration des compétences dans les grands centres urbains… Cela permet de dégager des enjeux structurels et de mieux comprendre notre mouvement d’un point de vue global.

L’avenir des projets Wikimédia

Pour la WikiConvention Francophone 2019, j’ai conçu ce grand poster dédié à la stratégie pour recueillir les avis de la communauté. — Diane Ranville CC-BY-SA 4.0
Photo de groupe à la WikiConvention Francophone. De gauche à droite : Emna Mizouni (Wikimédienne de l’année, de Tunisie), Aboubacar Keita (jeune président du Groupe d’Utilisateurs de Guinée), et moi-même, Diane Ranville. — Lëa-Kim Châteauneuf CC-BY-SA 4.0

Technologie, partenariats, santé et diversité de la communauté, répartition des ressources… J’ai animé des discussions sur toutes ces thématiques, et ce dans un maximum de lieux possibles, physiques ou numériques : sur la Wikidémie et sur le Bistro, sur Twitter et sur Telegram, par mail et par vidéoconférence, lors de rencontres à Paris et à Lyon, à Stockholm pendant la Wikimania et à Bruxelles pour la WikiConvention francophone. J’ai collecté et traduit des compte-rendus de salons stratégiques en provenance de Guinée, de Côte d’Ivoire, de République démocratique du Congo, du Tchad et du Bénin.

Au fil des conversations, j’ai bien sûr entendu des critiques, à la fois sur ce qui doit évoluer dans le mouvement et sur les faiblesses du processus stratégique lui-même : on peut toujours mieux faire, c’est sûr ! Mais ces critiques traduisent autant d’aspirations positives : l’envie de mieux fonctionner en tant que mouvement, de mieux soutenir les bénévoles partout dans le monde, de mieux concevoir nos plateformes pour tous nos projets. Et tout cela dessine en définitive une vision très enthousiasmante pour l’avenir.

Bien sûr, faire évoluer les structures profondes de notre mouvement ne se fera pas en un clin d’œil – c’est une grosse machine. Mais la Stratégie Wikimédia 2030 a précisément pour but de faire bouger les lignes pour être plus en phase avec les besoins des wikimédien·ne·s. Dans les semaines et mois à venir, je continuerai donc à faciliter les discussions de la communauté autour des recommandations produites par les groupes de travail. Avec pour objectif que les recommandations stratégiques reflètent au mieux les aspirations de la communauté, et dessinent une vision de l’avenir que nous aurons tous envie de contribuer à construire.

Et voilà, nous sommes arrivés à la fin de de billet. J’espère que vous comprenez à présent un peu mieux mon quotidien de Strategy Liaison. Et si des questions subsistent, n’hésitez pas à les poser en commentaire !

5 Likes

Merci pour le témoignage. Dommage que l’on ai pas pu se voir à Lyon lorsque tu es venue animer une discussion (à cause d’un editathon à Genève, en plus !). Je reste toujours aussi peu convaincu par la stratégie 2030, mais ce travail de liaison me paraît primordial pour favoriser les relations entre groupes et la formalisation d’idées nouvelles.

1 Like

Salut Noé ! Oui dommage que tu n’aies pas été là à Lyon. Il y aura sûrement de nouvelles occasions bientôt de réorganiser ce genre d’événement. Je te tiendrai au courant.
Je comprends ton scepticisme sur le processus, qui a en effet des défauts, même si on tâche de faire au mieux.
En tous cas contente de savoir que le travail de liaison te paraît utile. Clairement il y a un besoin énorme de communication et de circulation d’information au sein du mouvement ! (c’est d’ailleurs l’une des choses à améliorer à l’avenir).

1 Like

Le processus en lui même ne me pose pas de problèmes, c’est plutôt la déclaration d’intention, la grande statégie qui me gène. J’avais exprimé mon avis sur Meta (n°30).
Comme le cap ne me convainc pas, je ne m’y engage pas. J’ai d’autres ambitions, qui me semblent pouvoir évoluer sans la Fondation, ou hors de sa ligne directrice, donc je préfère ne pas dépenser d’énergie à faire évoluer les choses à la marge.

Pour la circulation d’information, je suis convaincu depuis longtemps qu’il faudrait des liaisons par projet (inter-Wikipédia, inter-Wiktionnaire, inter-Wikisource, etc.) qui puissent permettre un dialogue interlingue et un renforcement des compétences, une mutualisation des développements techniques et un accroissement des projets. Et à l’échelle géographique, je pense que tout rapprochements entre les gens est positif, que ce soit régulièrement avec les mêmes personnes (permanences ou apéros) ou avec de nouvelles personnes formellement (editathon ou ateliers (comme après-demain)) ou non (en visite, en balade, en observation). Quant à des liaisons avec les associations nationales ou avec la fondation, ça me paraît être une nécessité pour l’ensemble de leurs activités, et c’est souvent pris en compte au maximum des capacités des personnes, sans que ce soit suffisant, parce que la communication, c’est fatiguant et rarement satisfaisant.

1 Like

Ok je comprends mieux ta position. Quoique finalement la direction que prend la stratégie actuellement n’est pas si loin de certains de tes points de vue (notamment pour ce qui est de l’inclusion des projets frères). Par curiosité, c’est quoi du coup les ambitions dont tu parles que tu as envie de développer ?

Sur la question des liaisons c’est vrai que la communication entre les versions linguistiques serait hyper utile. On en avait parlé avec Lyokoï à Lyon.
Il y a juste une partie de ta dernière phrase que je ne comprends pas bien :

Qu’est-ce que tu veux dire exactement ?

(les notifs qui pop en bas à droite de mon écran sont pratiques pour réagir vite)

Je suis bien content si la stratégie compose avec les lignes directrices mais intègre surtout les réflexions des gens qui s’y impliquent maintenant, ça aurait été dommage que douze ans de boulot soient figés par un texte vague.

Pour mes ambitions, je ne voudrais pas déborder trop du sujet initial de ton message, donc je fais bref et on en rediscutera si tu veux. Pour l’ensemble du mouvement de partage libre des connaissances, je pense qu’il faudrait un portail à destination des gens qui veulent aider qui décrirait l’ensemble des initiatives avec les actions qu’elles impliquent et les compétences qu’elles permettent d’acquérir. Un peu sur le modèle des portails pour le bénévolat (comme celui de Lyon) ou des services civiques mais pour la contribution. Je pense que présenter un éventail d’activités serait plus encourageant que de seulement proposer des ateliers de recherche de sources et de rédaction étymologique.

Concernant le Wiktionnaire plus spécifiquement, je pense que ce projet a le potentiel pour transformer le milieu éditorial des dictionnaires de la même manière que Wikipédia a transformé celui des encyclopédies.

L’an dernier, nous avons inclus le fond du Comité de cartographie français, car ils préféraient faire vivre leur lexique de spécialité dans le Wiktionnaire plutôt que sur leur petit site difficile à maintenir et peu visible. Progressivement, j’imagine que d’autres sociétés savantes et corps de métier vont se tourner vers le Wiktionnaire et réellement utiliser cet outil pour mettre en commun leurs termes et spécificités. Le contenu du Wiktionnaire francophone est déjà supérieur à celui des autres dictionnaires sur bien des points, mais pas encore sur tous les aspects. Bientôt.
Pour les autres langues, c’est une autre histoire. La plupart des versions ne sont pas du tout aussi avancées que la francophone, et ne peuvent même pas imaginer la place que pourrait avoir leur projet dans la vie quotidienne future. Ce n’est pas juste un autre moyen d’accéder à la connaissance contenue dans Wikipédia.

Pour la phrase que tu cites, je voulais dire que les structures collectives qui participent au mouvement sont souvent très conscientes de la nécessité de communiquer en interne autant que vers l’extérieur. Mais même en identifiant les difficultés et en réfléchissant à des solutions, elles ne sont pas toujours mises en place faute de temps, parce que les gens ont bien d’autres préoccupations et ne peuvent pas se dédier à la com’ interne. Je ne parlais pas de capacité pour dire que les gens sont des incapables, mais bien en terme de temps disponible. Je suis vraiment très heureux que tu ai pris de ton temps pour nous raconter ce que tu as fait ces derniers mois, en français et en anglais.

1 Like

Bonjour,
Je profite de ce très intéressant message pour envoyer ma première contribution à ce “space” aussi faites excuses si ça tourne pas rond.
La traduction et la francophonie me paraissent absolument des fondamentaux d’essentiels dans la situation actuelle, du moins en France évidemment. Aussi merci DRanville_WMF.
J’ai l’impression d’avoir la même sensibilité que Noé, que je ne connais pas du tout. Je suis aussi convaincu de la valeur du projet Wiktionnaire, même si je n’y participe pas. Pour l’instant je me concentre sur la contribution wikipedesque, malgré ses aléas, et aussi sur la photo, j’aime bien la photo. D’ailleurs j’ai l’impression que la francophonie y est sous-représentée, mais bon mais bref. Pour la francophonie wikisource serait aussi un levier formidable, déjà bien actif ai-je l’impression, mais avec peu d’oeuvres en dehors de la France.
En tous cas merci encore de nous faciliter la vie par la liaison francophone, ça nous permet d’avoir une petite idée des mécanismes internationaux et de cette bien étrange “Foundation”. Bonjour aussi aux autres “Strategy Liaisons”, encore plus étranges bien entendus. Les gens qui savent parler plusieurs langues me fascinnent.
Plus localement, j’habite Saint-Étienne et je vais régulièrement à Grenoble. Peut-être pourra-t-on se rencontrer dans un café un jour ou peut-être à une réunion dans une amicale ?..
À bientôt.

3 Likes

Salut @Touam et la bienvenue ici ! Merci pour ton message !
Pour Saint-Étienne, tu pourrais contacter DaraDaraDara ou Ludo29 (sur Wikipédia) qui y ont animé récemment des formations à Wikipédia à la bibliothèque universitaire. Ils seraient surement partant pour une rencontre !

1 Like

Hello @Touam et bienvenue par ici !

Merci pour ton message (c’est toujours chouette quand on vous dit que vous êtes utile :blush:).
Effectivement ça serait sympa de se rencontrer si tu viens sur Grenoble bientôt. Pour être informée de nos prochains événements, tu peux consulter la carte bien pratique de Space : https://discuss-space.wmflabs.org/c/events/l/map (elle indique déjà notre événement du 5 novembre, mais il faut que j’y ajoute celui du 28).
D’ici-là je te souhaite de rencontrer les contributeurices stéphanois·ses qui sont sûrement très cools aussi !

Et en attendant si tu as des questions sur la stratégie, je reste dispo, ici ou ailleurs! :wink:

1 Like

J’ai déjà rencontré des gens sur sainté, mais pour l’instant nous n’avons pas continué. Il s’agit surtout de formations, effectivement, à la bibliothèque universitaire en particulier, et de nos jours la formation pour adultes c’est d’abord de la psychologie, et je ne vois pas pourquoi j’en ferais bénévolement. Il faut motiver, être accompagnant, soigneux, montrer sa générosité, faire le coach… En plus il faut s’engager quasi 6 mois à l’avance, puisque bien entendu il faut faire toute une pub autour (pub qui, elle, est payée). Donc, bref, c’est non pour moi, sauf pour un service hyper ponctuel. (j’avais participé à l’élaboration des programmes, par ex, mais je ne sais pas ce que c’était devenu). (parce que il faut des programmes spéciaux pour chaque formation).
Mais on se reverra peut-être !

1 Like